Voiture électrique : 5 constructeurs épinglés pour pratiques douteuses et travail forcé

ParAlbert Lecoq 28 février 2024 à 6h55

L’industrie automobile mondiale se trouve aujourd’hui face à un dilemme éthique majeur, révélé par un rapport alarmant de l’association Human Rights Watch. Ce document pointe du doigt l’utilisation probable d’aluminium produit par les Ouïghours, une minorité ethnique persécutée en Chine, par des géants de l’automobile tels que BYD, Tesla, General Motors, Volkswagen et Toyota. Ce sujet, loin d’être anodin, soulève des questions cruciales sur l’éthique des affaires et les responsabilités sociales des entreprises dans le secteur de la voiture électrique et au-delà.

Les pratiques douteuses de l’industrie automobile révélées

Selon Human Rights Watch, ces cinq constructeurs automobiles sont susceptibles de s’approvisionner en aluminium auprès de fabricants faisant appel au travail forcé des Ouïghours. Cette situation se déroule principalement dans la région du Xinjiang, mais aussi dans d’autres zones de la Chine, où plus d’un million de Ouïghours seraient détenus et contraints de travailler contre leur gré.

Ces révélations mettent en lumière un possible lien entre l’aluminium utilisé par ces constructeurs et les pratiques de travail forcé orchestrées par le gouvernement chinois, des actes qui pourraient s’apparenter à des crimes contre l’humanité selon un rapport de l’ONU.

La complexité de traçabilité de l’aluminium

L’enjeu principal réside dans la difficulté à tracer l’origine de l’aluminium, ce métal étant expédié à travers la Chine pour être transformé en alliages avant d’atteindre les chaînes d’approvisionnement mondiales.

L’industrie automobile, qui s’approvisionne à hauteur de 9 % en aluminium du Xinjiang, se retrouve ainsi dans une position délicate, entre la pression gouvernementale chinoise pour un contrôle moins rigoureux et la législation internationale exigeant la preuve que les produits ne sont pas issus du travail forcé.

Réponses et responsabilités des constructeurs automobiles

Face à ces accusations, certaines marques ont pris la parole. Toyota a exprimé sa volonté d’examiner attentivement le rapport et d’exiger de ses fournisseurs le respect des droits humains. Volkswagen, de son côté, a promis d’enquêter sur toute allégation de travail forcé, notamment dans son usine du Xinjiang, soulignant la recherche de solutions pour éviter de telles pratiques. Tesla, de son coté, s’est refusé à tous commentaires.

Ces réactions montrent une prise de conscience, mais également le long chemin restant à parcourir pour garantir une chaîne d’approvisionnement éthique et transparente.

Des pistes de solutions pour un avenir plus éthique

Plusieurs mesures peuvent être envisagées pour améliorer la situation. Les constructeurs pourraient exiger de leurs fournisseurs une plus grande transparence sur leurs chaînes d’approvisionnement, non seulement pour détecter le travail forcé mais aussi pour réduire les émissions de CO2. Par ailleurs, il est possible de privilégier l’approvisionnement en aluminium auprès de fonderies situées en dehors du Xinjiang.

Du côté des gouvernements occidentaux, une régulation plus stricte pourrait être mise en place, comme le suggère Human Rights Watch. L’Union européenne pourrait, par exemple, introduire un mécanisme de restriction des importations en provenance de régions à haut risque de travail forcé. La Commission européenne envisage également la possibilité d’interdire l’importation et l’exportation de produits spécifiques, comme l’aluminium, issus de ces zones à risque.

Par Albert Lecoq

Spécialiste des guides d'achat de voitures électriques, je suis passionné par les nouvelles technologies et je suis un fervent partisan de l'adoption de la technologie électrique et de la mobilité durable.

🙋‍♂️ Réagissez à l'article 💬
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Suivez-nous sur Facebook

Continuez de suivre nos dernières actualités en nous ajoutant sur Google News !

Inscrivez-vous à notre newsletter