Autonomie des voitures électriques : décryptez les chiffres et évitez les pièges

ParPhilippe Moureau 20 mars 2024 à 7h48

Lorsque vous envisagez l’achat d’une voiture électrique, l’une des premières questions qui surgit est inévitablement : « Quelle est son autonomie ? ». Ce chiffre, bien plus scruté que la puissance, l’accélération ou le design, est crucial. Mais que signifie réellement ce nombre pour votre expérience utilisateur ?

Qu’est-ce que l’autonomie d’une voiture électrique ?

L’autonomie d’une voiture électrique désigne la distance maximale qu’elle peut parcourir sans nécessiter de recharge. Plus qu’une simple spécification, cette estimation, calculée à partir d’une batterie entièrement chargée, est un chiffre clé sur l’étiquette de vente du véhicule.

En Europe, le WLTP (Worldwide Harmonized Light Vehicle Test Procedure) fournit des estimations d’autonomie basé sur un cycle variant plusieurs vitesses sur une certaine distance, alors qu’aux États-Unis, l’EPA (Agence de Protection de l’Environnement) évalue cette autonomie à travers un large éventail de situations de conduite, incluant autoroutes, rues urbaines, et conditions climatiques variées. Ces données sont ensuite pondérées pour refléter l’utilisation moyenne d’un véhicule.

Les estimations du cycle WLTP sont généralement plus avantageuses avec des autonomies supérieures, en raison de tests effectués à des vitesses régulières.

Les estimations d’autonomie ont considérablement augmenté au fil des ans, avec certains modèles franchissant le cap des 800 km par charge complète. Cependant, la médiane de l’autonomie des véhicules électriques s’établissait à 450 km l’année dernière selon l’EPA aux Etats-Unis, un chiffre similaire en Europe avec environ 450 km d’autonomie en cycle WLTP également.

À titre d’exemple, la Tesla Model S offre une autonomie estimée à 723 km avec les jantes de 19″ tandis que la Dacia Spring propose 230 km d’autonomie sur le même cycle d’homologation.

EPA contre estimations WLTP

L’EPA fournit des estimations basées sur des tests effectués en laboratoire, dans des conditions contrôlées et à température ambiante, ce qui ne reflète pas parfaitement les conditions réelles de conduite.

En Europe, le WLTP fournit des estimations d’autonomie souvent supérieures, en raison de tests effectués à des vitesses plus régulières et atteintes de façon plus progressives.

Les facteurs influençant l’autonomie

L’autonomie d’une voiture électrique peut varier selon plusieurs facteurs :

  • Le comportement du conducteur : La vitesse de conduite, les accélérations brusques et la conduite agressive peuvent réduire significativement l’autonomie.
  • Les conditions extérieures : La température influence l’autonomie ; le froid ralentit les réactions chimiques dans la batterie et peut réduire sa capacité de charge, tout comme l’utilisation du système de climatisation.
  • La dégradation de la batterie : Avec le temps, les batteries perdent en capacité, à un taux d’environ 2% par an, même si les véhicules sont peu utilisés.
  • La charge rapide et les charges à 100% : Bien que pratiques, ces méthodes peuvent accélérer la dégradation de la batterie. Il est souvent recommandé de charger la batterie à environ 80% de sa capacité pour préserver sa longévité.

Améliorer l’autonomie grâce à la recharge

Si l’angoisse de la panne sèche, ou « anxiety range » en anglais, a pu être un sujet de préoccupation majeur lors des premières années des véhicules électriques, elle l’est beaucoup moins aujourd’hui grâce à l’amélioration des vitesses de recharge. Actuellement, il existe trois niveaux de recharge :

  • Niveau 1 : Utilise une prise domestique standard et représente la méthode la plus lente, pouvant requérir deux jours pour une recharge complète.
  • Niveau 2 : Avec une puissance plus élevée de la borne de recharge de 7 kW par exemple, elle permet une recharge en moins de dix heures pour la plupart des modèles.
  • Niveau 3 ou charge rapide DC, permet une recharge jusqu’à 80% en aussi peu que 20 minutes pour certains modèles, mais reste peu pratique pour une utilisation quotidienne en raison de son coût plus élevé.

À travers ces informations, il est clair que l’autonomie d’une voiture électrique et sa gestion sont des éléments clés pour une expérience utilisateur optimale. En comprenant les facteurs qui influencent l’autonomie et en adoptant des pratiques de recharge adéquates, les conducteurs peuvent maximiser les performances et la durabilité de leur véhicule électrique.

Par Philippe Moureau

Quadragénaire passionné de voitures électriques. Je m'intéresse à la transition énergétique et à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Je suis un véritable passionné de voitures électriques et un défenseur de l'environnement.

🙋‍♂️ Réagissez à l'article 💬
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Suivez-nous sur Facebook

Continuez de suivre nos dernières actualités en nous ajoutant sur Google News !

Inscrivez-vous à notre newsletter