Pagani Utopia : pourquoi l’hypercar électrique reste un mirage ?

ParPhilippe Moureau 7 juillet 2023 à 17h22

Alors que la tendance actuelle s’incline de plus en plus vers la transition énergétique, la célèbre entreprise italienne, Pagani, semble résister à l’appel de l’électricité. Depuis 2018, l’entreprise travaille sur une hypercar électrique mais, pour le moment, le “zéro émission” reste un défi insurmontable. Découvrez pourquoi.

Le poids de l’héritage

Depuis ses débuts, Pagani s’est construit une réputation indéniable grâce à ses hypercars thermiques d’une qualité inégalée. Malgré l’intérêt croissant pour l’électrique, la société italienne a choisi de repousser sa transition énergétique, citant plusieurs raisons pour justifier cette décision.

Horacio Pagani, fondateur de la firme, a souligné en 2022 que le marché n’était pas encore prêt pour une Pagani électrique. De plus, le poids constitue un obstacle majeur pour l’entreprise de San Cesario sul Panaro. Pour ajouter du contexte, son fils, Christopher Pagani, a précisé que l’envie était là, mais il était trop tôt pour créer une Pagani électrique tout en conservant l’ADN et le caractère de la marque.

L’éternelle quête de la légèreté

“Il n’y a aucune raison pour que nous arrêtions”, a déclaré Christopher Pagani à Top Gear. “Notre objectif est de créer quelque chose qui doit être léger.” Cette quête de légèreté est l’essence même de Pagani, commune à tous ses véhicules. Elle doit se refléter dans chaque voiture pour préserver l’expérience unique de conduite que seule Pagani peut offrir.

Cependant, le poids des véhicules électriques actuels est un point de discorde. Selon Christopher Pagani, “avec la technologie existante, nous ne pouvons pas créer une Pagani électrique comme nous le souhaiterions.” Malgré cela, il affirme que l’entreprise s’intéresse de près au défi de l’électrique et n’a pas peur de l’innovation.

L’Alliance Pagani – Mercedes-AMG

Malgré ses hésitations face à l’électricité, Pagani envisage de continuer à travailler avec ses partenaires actuels, notamment Mercedes-AMG. Le constructeur italien est pleinement conscient de l’apport de son allié allemand et envisage d’emprunter les technologies électriques de ce dernier, le moment venu.

Christopher Pagani a révélé : “Nous avons des réunions constantes avec Mercedes-Benz et AMG, et nous évaluons la situation.” Il a continué en expliquant que “lorsque nous aurons besoin d’une voiture entièrement électrique, nous prendrons cette décision.” En outre, Pagani ne se forcera pas à franchir le pas, préférant travailler en interne lorsque cela est possible et faisable.

La philosophie de Pagani

La philosophie de Pagani est claire : “Si nous nous sentons capables de faire quelque chose, nous le faisons en interne. Mais si ce n’est pas le cas, nous ne le faisons pas.” Cette approche met l’accent sur la coopération, l’ouverture et la recherche de la meilleure qualité possible pour leurs voitures. “Si vous êtes ouvert, vous pouvez trouver des sources de composants extraordinaires adaptés à votre voiture.”

Ainsi, même si Pagani est connue pour son utilisation du moteur V12, l’entreprise envisage d’autres solutions de motorisation pour l’avenir, à mesure que les réglementations évoluent. Cependant, cette transition ne sera pas forcée mais décidée en concertation, en gardant à l’esprit les besoins et les capacités de la société.

Quand le futur devient Présent

Malgré la crainte que représente le passage à l’électricité pour de nombreux constructeurs, Pagani reste sereine. Pour eux, il ne s’agit pas du plus grand défi de l’histoire de l’entreprise. “En tant que marque familiale, nous ne sommes pas contraints de nous lancer dans quelque chose si nous ne sommes pas prêts ou si nous ne sommes pas convaincus à 100 %.”

Christopher Pagani souligne qu’ils ont “un long calendrier de voitures à venir.” La taille modeste de leur production leur permet de se sentir à l’aise dans leur position actuelle, sans pression pour suivre la mode ou les tendances du marché.

L’équilibre de Pagani : performance, stabilité et sécurité

En fin de compte, l’approche de Pagani est tout à fait pragmatique. Ils cherchent à maintenir une stabilité pour leurs plus de 200 employés et à prendre des décisions qui bénéficient à tous. La transition vers l’électrique est donc une question de temps et de technologie, une équation que Pagani semble déterminée à résoudre de la manière la plus sereine et la plus efficace possible.

Dans un monde où la pression pour passer au “zéro émission” est de plus en plus forte, Pagani reste fidèle à ses principes et à sa philosophie. En définitive, c’est une histoire de patience, de préparation et, bien sûr, de passion pour les voitures qui ne ressemblent à aucune autre.

Par Philippe Moureau

Quadragénaire passionné de voitures électriques. Je m'intéresse à la transition énergétique et à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Je suis un véritable passionné de voitures électriques et un défenseur de l'environnement.

🙋‍♂️ Réagissez à l'article 💬
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Suivez-nous sur Facebook

Continuez de suivre nos dernières actualités en nous ajoutant sur Google News !

Inscrivez-vous à notre newsletter