Actu voiture électrique

Pourquoi simuler une boîte de vitesses manuelle sur une voiture électrique est une idée de génie ?

Philippe Moureau

Lorsque Hyundai a introduit la fonction e-Shift dans son modèle électrique Ioniq 5 N, qui consiste à simuler une boite 8 vitesses, l’idée semblait être un gadget inutile, une tentative de faire « comme avant » dans le monde des voitures électriques. Ce système prétend bel et bien en effet reproduire une transmission à double embrayage à huit vitesses avec un couple adapté à chaque vitesse et un rupteur. Pourtant, cette fonctionnalité ne se contente pas d’ajouter simplement un élément nostalgique, mais elle améliore réellement l’expérience de conduite sur piste.

Une innovation surprenante sur piste

L’e-Shift du Hyundai Ioniq 5 N n’est pas qu’une simple fonctionnalité amusante, elle se révèle essentielle pour améliorer les performances sur circuit. En effet, cette technologie permet aux conducteurs de ressentir et d’entendre un “régime moteur” adapté à la vitesse exercée et des changements de rapport, offrant ainsi des points de référence clairs lors des accélérations et des décélérations.

La simulation sonore, bien que controversée, imite le moteur 2.0 litre de l’Hyundai Elantra N. Pour quelqu’un qui connaît le son d’un moteur à son régime maximal, cette familiarité est précieuse. Elle aide à identifier le moment optimal pour changer de rapport au bon moment sans quitter la route des yeux, un avantage non négligeable quand chaque seconde compte sur le circuit.

A lire également :  Le coup de maître de Volkswagen qui signe la fin de la voiture à essence

Plus qu’une question de vitesse

Au-delà de l’aspect performance pure, l’e-Shift enrichit l’expérience de conduite en rajoutant une dimension tactile et auditive à la conduite d’une voiture électrique. Habituellement, les véhicules électriques offrent une accélération linéaire sans changements de vitesse, ce qui peut être déroutant pour les pilotes habitués aux voitures à combustion.

  • Contrôle manuel ou automatique : L’e-Shift permet de choisir entre un mode manuel, pour ceux qui aiment le contrôle total, et un mode automatique qui gère les changements de vitesses sans coupure de puissance.
  • Régénération et frein moteur : La gestion de la régénération d’énergie imite le frein moteur des véhicules à combustion, crucial pour les techniques de conduite sur piste.

En outre, cette fonctionnalité peut initialement sembler être un pas en arrière technologique, mais elle s’avère être une aide précieuse pour les pilotes en leur fournissant un feedback constant et fiable, crucial lors de la conduite sur circuit afin d’avoir les bons repères au bon moment.

Crédits photo : InsideEVs

Le futur de la conduite performante

Il est vrai que les voitures électriques du futur ne chercheront probablement plus à imiter les véhicules à combustion. Cependant, le problème que résout Hyundai avec l’e-Shift est bien réel : le besoin de points de repère non visuels pour la conduite à haute vitesse. Ainsi, Hyundai a compris et intégré dans sa solution un moyen de communication de la vitesse sans recours à la vue, grâce à des points de référence fixes.

A lire également :  Citroën lance une offre imbattable sur sa voiture électrique la moins chère

Ce modèle d’interaction entre le véhicule et le pilote, bien que traditionnel, est profondément adapté aux besoins spécifiques de la conduite sportive.

Bien que l’idée puisse paraître rétrograde, l’e-Shift de Hyundai Ioniq 5 N est un exemple éclatant de la manière dont une technologie apparemment dépassée peut être repensée de manière innovante pour enrichir et améliorer l’expérience de conduite des véhicules électriques modernes. Si elle semble stupide mais fonctionne merveilleusement bien, alors peut-être n’est-elle pas si stupide après tout.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires