Tesla : les possesseurs de Model 3 se confient sur la dégradation de la batterie LFP

ParAlbert Lecoq 29 novembre 2023 à 18h01

Chers passionnés d’automobiles électriques, abordons ensemble la quête d’une autonomie préservée dans le temps. Si vous possédez une Tesla Model 3 ou une Model Y ou envisagez son acquisition, les informations qui suivent vous sont dédiées. Nous plongerons au cœur des batteries LFP (lithium fer phosphate) pour démystifier leur santé et leur dégradation au fil des kilomètres parcourus.

La gestion optimale de la charge

La charge à 100 % : un rituel hebdomadaire préconisé par Tesla : Il semble que pour la Tesla Model 3 ou la Tesla Model Y propulsion dotée d’une batterie LFP, une charge complète hebdomadaire soit le secret pour limiter la dégradation. Cette pratique est-elle le sésame pour une meilleure rétention d’autonomie ou simplement une recommandation sans réel interêt ?

L’alternative des 80 % : la charge quotidienne modérée : Qu’en est-il alors de la santé de la batterie si l’on opte pour une charge régulière à 80 % ? La communauté d’utilisateurs de Tesla Model 3 partage ses expériences et ses données à ce sujet.

Comparaison des batteries LFP et NMC

Les batteries LFP se distinguent par leur durabilité accrue mais aussi par leur coût de fabrication inférieur par rapport aux batteries NMC (nickel-manganèse-cobalt). Elles sont également plus volumineuses et plus lourdes à capacité énergétique égale, ce qui les rend idéales pour des modèles d’entrée de gamme mais suffisamment grands pour accueillir ce format de batterie tels que la Model 3 propulsion.

Les considérations éthiques incitent les fabricants à se détourner du cobalt, favorisant les batteries LFP moins denses en énergie mais plus économiques. Tesla, à l’échelle mondiale, opte pour les batteries LFP de CATL pour les versions standard de la Model 3 et du Model Y.

Réactions des propriétaires de Model 3 équipés de la batterie LFP

La satisfaction règne parmi les propriétaires de la Model 3 LFP lorsque l’on récupère les différents témoignages, notamment sur Reddit sur ce thread, malgré une légère dégradation de l’ordre de 2 % après 10 à 12 mois d’utilisation, indépendamment des habitudes de charge. Il est à noter que l’âge de la batterie prévaut sur le kilométrage en termes d’impact sur la dégradation.

Selon des facteurs tels que le style de conduite, le climat, l’entretien et le modèle de charge influencent également l’autonomie à long terme du véhicule électrique.

Un utilisateur rapporte une baisse maximale de 2.2 % de l’autonomie après avoir parcouru plus de 32 000 kilomètres en un an. Un autre témoignage signale 2.4% de dégradation après le même laps de temps, 11 mois, mais après avoir parcouru 68 000 kilomètres. Ce témoignage souligne une appréciation pour la performance et la rétention de la batterie.

Des exceptions subsistent ; les modèles plus anciens (fin décembre 2020) présentent naturellement une dégradation plus marquée. Un propriétaire révèle une perte de près de 5 % de l’autonomie après deux ans.

Calibration du système de gestion de la batterie (BMS)

Le BMS peut afficher une autonomie inexacte en raison d’inexactitudes de calibration ou de variations de tension entre les cellules. Une procédure de recalibration simple est suggérée par l’application Tessie pour refléter une autonomie plus précise.

Les conseils de propriétaires expérimentés abondent, et que vous soyez un pionnier ou un nouveau venu, leurs retours d’expériences pourraient vous être bénéfiques.

Par Albert Lecoq

Spécialiste des guides d'achat de voitures électriques, je suis passionné par les nouvelles technologies et je suis un fervent partisan de l'adoption de la technologie électrique et de la mobilité durable.

🙋‍♂️ Réagissez à l'article 💬
S’abonner
Notification pour
guest

10 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Suivez-nous sur Facebook

Continuez de suivre nos dernières actualités en nous ajoutant sur Google News !

Inscrivez-vous à notre newsletter