Actu voiture électrique

Voici le plan de Stellantis pour rendre ses futures voitures électriques abordables

Philippe Moureau

Imaginez-vous au volant d’une voiture électrique, aussi accessible que technologiquement avancée. Ce rêve, longtemps perçu comme utopique, pourrait bien devenir une réalité palpable grâce à Stellantis. Ce géant de l’automobile, avec 16 marques prestigieuses telles que Dodge, Fiat et Jeep, s’associe au constructeur chinois Leapmotor pour démocratiser l’électromobilité. L’investissement de 1,5 milliard d’euros se concrétise par une participation de 20% dans la société mère de Leapmotor, annonçant une ère prometteuse pour les véhicules électriques abordables.

Leapmotor International : un pari pour conquérir l’Europe

Le fruit de cette alliance, Leapmotor International, verra le jour aux Pays-Bas et posera ses premiers jalons en Europe. Stellantis a des ambitions claires, révélées lors de l’appel aux résultats financiers du troisième trimestre : exporter les automobiles électriques de Leapmotor bien au-delà des frontières chinoises. Alors, que peut-on anticiper de ce partenariat pour le marché européen, déjà compétitif avec des modèles sous la barre des 25 000 euros ?

  • Citroën (une marque de Stellantis) a récemment lancé l’e-C3, démarrant à environ 23 300 euros.
  • La Dacia Spring, produite par Renault, est affichée à partir de 22 750 euros.

Leapmotor n’est pas en reste avec son modèle T03, un véhicule compact de 3,62 mètres proposé en Chine autour de 10 900 dollars (avant taxes et TVA spécifiques à chaque pays). Ces prix ouvrent des perspectives intéressantes pour le positionnement de Stellantis sur le marché des véhicules électriques économiques en Europe.

A lire également :  L'Alfa Romeo Milano change de nom à cause d'une loi protégeant le fromage italien

Une gamme variée, entre accessibilité et luxe

Le portfolio de Leapmotor est hétérogène, avec des modèles tels que la berline C01 et le SUV C11, ainsi que leurs versions à autonomie étendue (EREV). Stellantis devra donc jongler avec finesse pour intégrer ces nouveaux venus sur le Vieux Continent, d’autant que Leapmotor jouit d’une réputation de milieu à haut de gamme sur son marché domestique.

La première vague de ces véhicules électriques arrivera sur les côtes européennes l’année prochaine, et le joint-venture vise 500 000 ventes hors de Chine d’ici 2030, plus un million de véhicules supplémentaires par an en Chine sur le long terme. Un objectif ambitieux, qui pourrait remodeler le paysage de l’électromobilité globale.

Technologie avancée pour un budget maîtrisé

Natalie Knight, la CFO de Stellantis, lors de l’appel sur les bénéfices du troisième trimestre, a mis en lumière le profil des consommateurs ciblés : soucieux de leur budget mais exigeants en termes de technologie. Elle fait allusion à la capacité des véhicules Leapmotor de recevoir des mises à jour à distance (OTA) et à leur architecture électrique et électronique centralisée, baptisée “Four-Leaf Clover” Leap 3.0.

Ainsi, Stellantis et Leapmotor pourraient-ils conquérir le cœur des conducteurs européens, et au-delà, ceux des Américains? L’heure est à l’anticipation. Pour le marché des États-Unis, rien n’est encore joué, et les perspectives restent ouvertes. Votre avis nous intéresse : croyez-vous en l’avenir d’une EV économique, conçue en Chine et commercialisée par Stellantis, sur les routes américaines? Partagez vos pensées!

A lire également :  Les voitures électriques les plus sûres du monde sont chinoises selon cette étude inédite

Le parcours de Stellantis et Leapmotor est jalonné d’innovation et d’accessibilité. Leur quête pour populariser la voiture électrique pourrait bien transformer notre approche de la mobilité durable. À suivre de très près!

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires