Actu voiture électrique

Voitures électriques chinoises : la montée en puissance

Philippe Moureau

En ce qui concerne les véhicules électriques, on tend à associer immédiatement cette technologie à Tesla. Cependant, le constructeur américain n’est pas le seul à s’être lancé dans cette aventure. En effet, de nombreux constructeurs tels que BMW, Renault, Fiat, Dacia et Porsche font également partie de cette nouvelle ère automobile, conscients des décisions prises par les autorités européennes et internationales.

Depuis plusieurs années, Tesla domine le marché automobile. Cependant, des challengers provenant principalement d’Asie, notamment de Chine, sont en train de se développer. BYD est le premier concurrent de poids de la firme d’Elon Musk. Mais NIO, un constructeur à la charge rapide et à l’autonomie accrue, commence à devenir de plus en plus connu en Europe et souhaite imposer petit à petit sa marque.

Le constructeur chinois NIO en grande forme

Le constructeur de voitures électriques chinoises ne cesse de voir son volume de vente augmenter. Ce sont plus de 120 000 véhicules en 2022 qui ont trouvés preneur, et cela ne semble être que le début.

NIO veut améliorer l’autonomie des voitures électriques et ainsi réduire le besoin de recharger fréquemment. Leurs modèles ET7 et ET5 offrent une autonomie de 1 000 kilomètres (selon le cycle NEDC) et une plus grande variété de prix que la Tesla Model 3 Grande Autonomie qui affiche une distance de 602 km selon le cycle WLTP et coûte près de 62 490 euros. Ainsi, NIO s’adresse à un public plus large avec l’arrivée de leurs modèles en Europe tel que son dernier grand SUV électrique ES8.

A lire également :  BMW rend ses voitures électriques moins chères en France

NIO cherche à offrir plus qu’une voiture électrique dotée d’une technologie avancée et d’une grande autonomie : ils veulent créer un écosystème autour de leur véhicule pour faciliter l’expérience utilisateur et rivaliser avec Tesla. Leur principal argument à cela, c’est la recharge rapide des voitures électriques. En effet, ils misent sur des chargeurs de 500 kW qui proposent une recharge rapide en 12 minutes pour les batteries de 800 volts, et en 20 minutes pour les batteries de 400 volts.

Cette station de recharge, équipée d’une prise CCS et d’un système de refroidissement liquide, est conçue pour réduire la taille du câble, éviter la surchauffe et maintenir une puissance de sortie élevée. Sa mise en service devrait débuter en mars et elle sera bientôt disponible en Europe. En parallèle, la marque chinoise NIO mène des tests pour développer des stations d’échange de batteries. Avec sa recharge ultra-rapide et son système innovant d’échange de batteries, NIO envisage de renforcer son offre de produits et de services.

La Chine s’impose

La Chine s’apprête donc à s’imposer sur le marché européen grâce à sa technologie avancée et à ses systèmes innovants. Cette nouvelle année devrait donc être un grand pas en avant pour le secteur de l’automobile et en particulier pour celui des véhicules électriques. Avec leurs chargeurs surpuissants et leurs autonomies folles, NIO et BYD sont bien déterminés à affronter les grandes marques de l’automobile et à offrir une expérience de conduite inégalée.

A lire également :  Nous produisons 3 fois trop de batteries pour voitures électriques : un gaspillage monumental
Réagissez à l'article

Les commentaires sont fermés.