Actu voiture électrique

Les hybrides rechargeables reprennent la tête devant les voitures électriques en ce début d’année

Albert Lecoq

L’industrie automobile, constamment à l’affût de l’évolution des préférences des consommateurs et des réglementations environnementales, observe une tendance notable : les véhicules hybrides rechargeables gagnent du terrain sur les véhicules électriques. Cette évolution mérite un examen approfondi, pour comprendre non seulement les chiffres mais aussi les motivations derrière cette tendance.

Une progression fulgurante des hybrides rechargeables

Récemment, l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA) a révélé des données captivantes : en février 2024, les modèles hybrides rechargeables ont connu une croissance de ventes plus rapide que leurs homologues entièrement électriques.

Cette résurgence des hybrides rechargeables s’explique par divers facteurs. D’une part, la réduction, voire la suppression des aides gouvernementales destinées à l’achat de véhicules électriques dans certains pays européens, a influencé les préférences des acheteurs. L’Allemagne, par exemple, a ressenti un ralentissement notable dans les ventes de véhicules électriques suite à ces changements alors que l’hybride connait toujours un grand succès.

En chiffres, le mois de février 2024 a vu les immatriculations de véhicules électriques augmenter de 9 % par rapport au même mois de l’année précédente alors que les hybrides rechargeables ont enregistré une croissance plus élevée de 11,6 %. Les principaux marchés européens ont largement contribué à cette dynamique, avec des hausses significatives surtout en Allemagne (+22,3 %), Belgique (+21,8 %) mais aussi en France (+11,8 %) malgré la présence d’aides au montant élevé pour les véhicules 100% électriques, marquant ainsi la préférence du consommateur.

A lire également :  Le désastre de l'hydrogène chez Toyota : les propriétaires sonnent l'alarme

Les hybrides simples ne sont pas en reste

Les véhicules hybrides non rechargeables ont également connu une croissance fulgurante, avec une augmentation de 24,7 % des ventes en février 2024. Ces modèles ont trouvé leur public dans les quatre plus grands marchés de l’UE, représentant plus de 70 % des ventes de voitures dans l’Union.

Cela s’explique essentiellement car un grand nombre de véhicules sur le marché ont du adopter une architecture micro-hybride (qui rentre donc dans cette catégorie) afin d’abaisser la mesure de CO² rejeté par kilomètre lors du cycle d’homologation. Cette technologie consiste à assister le moteur par une batterie d’une tension de 12 V ou 48 V et de 6 à 12 kW de puissance qui remplace à la fois le démarreur et l’alternateur. Avec une capacité de batterie généralement comprise en 1 à 2 kWh qui ne se recharge qu’en roulant et non à domicile, cela permet de parcourir 2 à 5 km sans émission en cycle urbain, permettant ainsi d’esquiver un éventuel malus ou bien de le baisser à un tarif raisonnable pour le consommateur final.

Les hybrides rechargeables : un tremplin vers l’électrique ?

Les constructeurs automobiles, conscients des enjeux environnementaux, voient dans les hybrides rechargeables un outil stratégique pour réduire les émissions de CO2 tout en répondant aux attentes des consommateurs. Ces derniers, d’après Bjorn Annwall de chez Volvo, perçoivent de plus en plus l’hybride rechargeable comme un premier pas vers l’électrification complète, envisageant cette option comme une transition douce avant d’adopter un modèle 100 % électrique.

A lire également :  La Kia EV4 se dévoile sur la route : la future berline à prix cassé

Il faut cependant noter qu’en France, le marché de l’électrique se porte extrêmement bien avec un record d’immatriculations permettant de constater une hausse de 31,8% des ventes en février 2024 face à février 2023.

Le marché des véhicules électriques : une croissance plus mesurée mais constante

Il est important de souligner que, malgré une croissance plus modérée, le marché des véhicules électriques ne connaît pas de régression. Certains pays, comme la Belgique, la France et les Pays-Bas, continuent de voir leurs ventes de véhicules électriques grimper, démontrant l’intérêt soutenu pour une mobilité plus durable.

L’évolution du marché automobile en 2024 illustre une transition énergétique en cours, complexe et nuancée. Les consommateurs se montrent réceptifs aux différentes solutions qui leur sont proposées, naviguant entre hybrides rechargeables et véhicules électriques en fonction des incitations financières, des infrastructures de recharge et de leur propre conscience écologique. Cette dynamique, riche d’enseignements, dessine les contours d’un futur où la mobilité durable sera diverse, adaptable et progressivement plus écologique.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires