Les retraités disent “non” à la voiture électrique, et c’est pour une bonne raison

ParAlbert Lecoq 6 février 2024 à 12h52

Le marché automobile français connaît une révolution avec l’émergence des voitures électriques, désormais responsables de 20 % des ventes depuis le dernier trimestre 2023. Cependant, un segment significatif de la population reste à l’écart de cette transition : les personnes âgées. Découvrons les obstacles qui freinent leur enthousiasme pour le passage à l’électrique.

Le défi financier, un obstacle pour les personnes âgées

L’Europe, avec la France en ligne de mire, se dirige résolument vers une ère sans moteurs thermiques d’ici 2035, poussant les consommateurs vers les véhicules électriques. Une récente enquête indique que 27 % des Français envisagent l’achat d’une voiture électrique dans les cinq ans à venir, une proportion finalement assez faible, particulièrement parmi les seniors.

La principale raison de cette réticence réside dans le coût généralement plus élevé de ces véhicules : une petite citadine électrique parmi les moins chère du marché telle que la Citroën ë-C3 débute à 23 300 € soit 19 300 € bonus écologique de 4 000 € déduit, tandis que un des modèle thermiques les moins cher, la Dacia Sandero, débute à 11 990 € soit un tarif de départ plus élevé de 7 000 €, bien que l’équipement de série de la roumaine soit inférieur à sa rivale électrique.

De même pour une citadine plus spacieuse comme une Peugeot e-208 débutant à 33 550 € soit 29 550 € bonus écologique déduit alors que sa version thermique équivalente disposant du même équipement (finition Allure) débute à 21 650 €.

Tandis que les berlines et SUVs électriques peuvent atteindre ou dépasser les 40 000 et 45 000 euros, respectivement. Cette barrière financière est principalement due au coût élevé de la technologie des batteries. Certaines exceptions cependant persistent sur le marché avec l’émergence des modèles chinois comme chez MG dont les tarifs se rapprochent des modèles thermiques équivalents.

Les personnes âgées, souvent limitées par leurs pensions de retraite, voient dans ces coûts un obstacle majeur, les excluant de cette avancée technologique. Les chiffres de ventes de 2023 confirment que les plus intéressés par les voitures électriques sont majoritairement les jeunes professionnels et les ménages aisés.

Autonomie et infrastructures de recharge : une préoccupation supplémentaire

Outre l’aspect financier, l’autonomie des voitures électriques et la densité du réseau de recharge constituent une source d’inquiétude récurrente pour les seniors. La peur de la panne loin de chez soi, ou “l’anxiété d’autonomie”, est particulièrement prononcée chez les personnes âgées qui peuvent craindre de se retrouver dans des situations inconfortables ou stressantes en raison d’une borne de recharge difficile à trouver ou occupée. Cette préoccupation est exacerbée dans les zones rurales où les infrastructures de recharge sont moins développées qu’en milieu urbain.

Le manque de familiarité avec la technologie joue également un rôle dans la réticence des seniors à adopter les voitures électriques, bien qu’il soit mineur. La nécessité de planifier les trajets en fonction des points de recharge disponibles, couplée à l’apprentissage de l’utilisation des stations de recharge, peut sembler décourageante pour ceux qui étaient habitués depuis plusieurs dizaines d’années à la simplicité d’utilisation des stations-service traditionnelles.

Les aides de l’État, un coup de pouce limité

Pour atténuer cette barrière financière, des mesures de soutien gouvernementales ont été mises en place, comme le bonus écologique, atteignant jusqu’à 7 000 euros pour les foyers éligibles pour les modèles coûtant moins de 47 000 euros. La prime à la conversion est également un outil précieux pour alléger l’investissement initial.

La nouvelle mesure du leasing social parait salvatrice avec la possibilité de rouler en voiture électrique pour moins de 100 € par mois et même en berline compacte avec la Renault Mégane E-Tech pour 150 € / mois, mais la quantité limité des stocks disponibles ne permet pas de satisfaire tous les foyers français.

Ces incitations financières offrent un certain réconfort aux seniors désireux de s’aligner sur les nouvelles normes de mobilité tout en tenant compte de leurs limitations budgétaires. Toutefois, malgré ces aides, le passage à la voiture électrique reste un défi financier significatif pour de nombreux seniors.

Par Albert Lecoq

Spécialiste des guides d'achat de voitures électriques, je suis passionné par les nouvelles technologies et je suis un fervent partisan de l'adoption de la technologie électrique et de la mobilité durable.

🙋‍♂️ Réagissez à l'article 💬
S’abonner
Notification pour
guest

37 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Suivez-nous sur Facebook

Continuez de suivre nos dernières actualités en nous ajoutant sur Google News !

Inscrivez-vous à notre newsletter