Actu voiture électrique

Les voitures électriques pourraient durer éternellement si les constructeurs le voulaient

Philippe Moureau

Imaginiez-vous un véhicule électrique pouvant atteindre plus d’un million de kilomètres sans jamais faillir ? Cet horizon n’est pas seulement théorique mais pourrait devenir une réalité tangible dans un avenir proche. L’essor des voitures électriques promet des avancées significatives en termes de durabilité, posant ainsi un défi direct aux constructeurs automobiles et à leur modèle économique traditionnel.

L’incroyable exploit des voitures électriques en termes de kilométrage

Lors d’une récente expédition dans le désert marocain, une Tesla Model S de 2014 a brillamment dépassé les deux millions de kilomètres au compteur. Cet exploit, réalisé par Hansjörg von Gemmingen-Hornberg et son équipe, illustre le potentiel impressionnant de longévité des véhicules électriques. Cependant, ce record n’a pas été sans nécessiter quelques interventions techniques, notamment des remplacements de batteries et de moteur, révélant ainsi les défis à surmonter pour atteindre de telles performances.

Comparativement aux moteurs à combustion, qui comportent des milliers de pièces mobiles, une voiture électrique typique en contient beaucoup moins, simplifiant la maintenance et réduisant les risques de dommages. Cela contribue à une durée de vie opérationnelle potentiellement bien supérieure à la moyenne de 320 000 kilomètres observée pour les véhicules à essence. Conceptuellement, votre première voiture électrique pourrait être la dernière que vous achetez.

A lire également :  Voici ce qui se passe après un gros accident avec une Tesla

La question cruciale de la batterie

Le principal facteur limitant la longévité des véhicules électriques réside dans la durabilité de leurs batteries. Semblables à celles que l’on trouve dans les smartphones, elles se dégradent au fil du temps. Une batterie peut perdre 1 à 2 % de sa capacité maximale chaque année, ce qui, sur une période de 15 ans, pourrait réduire l’autonomie de 500 à 350 kilomètres. Bien que le remplacement des batteries puisse s’avérer coûteux, le développement technologique tend à abaisser ces coûts et à prolonger la durée de vie des batteries. Certaines d’entre elles, comme celle de la Tesla Model 3 Propulsion avec sa batterie LFP, sont déjà capables de résister théoriquement à plus d’1 million de kilomètres d’utilisation.

Des progrès significatifs sont encore attendus, certains fabricants annonçant des batteries pouvant durer jusqu’à près de 1,6 million de kilomètres. Encore mieux, un chercheur chez Tesla a testé une batterie qui, sous conditions optimales, pourrait franchir jusqu’à 6,4 millions de kilomètres.

Repenser la possession automobile à l’ère électrique

Si les voitures électriques promettent des améliorations technologiques régulières, ces avancées pourraient cependant pousser les consommateurs à renouveler leur véhicule non pas par nécessité, mais par simple attrait pour la nouveauté – un peu à la manière des cycles de renouvellement que l’on observe pour les smartphones. Néanmoins, une voiture électrique bien entretenue pourrait parfaitement répondre aux besoins d’un propriétaire pendant des dizaines d’années, même si elle affiche un kilométrage élevé ou une autonomie légèrement réduite.

A lire également :  Ce constructeur japonais va doubler l'autonomie des voitures électriques : voici comment

Par ailleurs, l’intérêt accru pour les voitures d’occasion pourrait démocratiser l’accès aux véhicules électriques, rendant cette technologie plus abordable pour un plus large public. Actuellement, il est possible d’acquérir une Tesla d’occasion pour environ 20 000 euros sur le marché français rendant le rêve électrique accessible à davantage de ménages.

L’obsolescence planifiée : un risque pour l’évolution électrique ?

Alors que les mises à jour logicielles deviennent monnaie courante dans l’industrie automobile, elles pourraient également introduire des cycles d’obsolescence plus rapides. Des fonctionnalités avancées comme l’autopilote de Tesla ne sont disponibles que sur les modèles récents, excluant ainsi les versions plus anciennes de ces technologies. Cette stratégie peut inciter les consommateurs à acheter les derniers modèles, suivant une logique similaire à celle observée dans le secteur des technologies personnelles.

La question se pose également quant à la capacité à maintenir et réparer les véhicules électriques. À l’heure actuelle, certains fabricants, comme Tesla, mènent des politiques restrictives quant à l’accès aux pièces de rechange et aux connaissances techniques, limitant ainsi les interventions à leur réseau de concessionnaires agréés. Cette pratique pourrait freiner l’adoption massive des véhicules électriques en limitant la capacité des propriétaires à effectuer des réparations de manière indépendante ou abordable.

Les voitures électriques ne représentent pas seulement un progrès technologique, elles symbolisent également un potentiel de transformation écologique profonde. En prolongeant la durée de vie des voitures et en maximisant leur utilisation à travers plusieurs propriétaires, nous pourrions significativement réduire l’empreinte écologique associée à la production automobile et à l’extraction des minéraux nécessaires aux batteries. Mais ces avancées dépendront inévitablement des orientations stratégiques que choisiront les constructeurs automobiles dans les années à venir.

A lire également :  La Renault 5 électrique est-elle vraiment trop chère ?

La durabilité pourrait se positionner au cœur de l’attrait pour les voitures électriques. Cependant, atteindre cet idéal dépendra autant des innovations technologiques que des décisions politiques et économiques des fabricants. C’est un chemin prometteur, parsemé à la fois d’opportunités et d’obstacles, mais qui pourrait bien redéfinir notre rapport à la mobilité personnelle.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires