Actu voiture électrique

Faut-il avoir peur des voitures électriques ?

Philippe Moureau

Avez-vous déjà entendu dire que les voitures électriques étaient plus dangereuses que les véhicules traditionnels ? Ces affirmations circulent souvent sur Internet et dans certaines discussions. Cependant, la réalité est souvent bien différente des craintes exprimées. Plongeons ensemble dans l’analyse de ces préoccupations concernant la sécurité et démêlons le vrai du faux.

Les questions de sécurité des voitures électriques : entre réalité et fiction

Le débat sur la sécurité des voitures électriques se cristallise souvent autour de plusieurs points critiques. Parmi ces derniers, le silence de fonctionnement à basse vitesse est largement discuté. Effectivement, depuis 2019, pour éviter des accidents dus à ce silence, une réglementation oblige ces véhicules à équiper un système AVAS (Alerte Sonore pour Véhicules à faible niveau Sonore) qui émet un son audible par les piétons en dessous de 20 km/h. Une mesure qui vise à réduire les risques d’accidents urbains impliquant des piétons surpris par l’approche silencieuse de ces autos.

En outre, les critiques souvent adressées à l’égard des performances élevées semblent exagérées. Certains évoquent un couple trop important et des accélérations foudroyantes qui pourraient rendre ces véhicules dangereux. Toutefois, la plupart des modèles électriques intégrant de hautes performances, comme la Tesla Model S et même la Model 3, disposent de systèmes de contrôle de puissance adaptatifs qui garantissent une utilisation sûre même pour un conducteur inexpérimenté. Il est également possible de limiter manuellement la puissance de la voiture grâce à des modes de conduite ajustables.

A lire également :  Mercedes dévoile son SUV électrique tout-terrain hors normes : le nouveau Classe G

La gestion de la puissance et le freinage

Parlons du système de freinage régénératif, souvent appelé “Conduite à une pédale“. Loin d’être un danger, cette innovation est plébiscitée par nombreux conducteurs de véhicules électriques pour son confort et son aspect pratique. Il demande certes une adaptation, mais se révèle être un gage de sécurité supplémentaire, offrant une réponse plus immédiate en situation d’urgence sans pour autant s’appuyer exclusivement sur ce système pour l’arrêt complet du véhicule.

Quant aux prétendues difficultés liées à l’utilisation rare des freins traditionnels qui pourraient s’encrasser, rappelons simplement que l’utilisation occasionnelle des freins mécaniques suffit à maintenir en bon état le système de freinage complet.

Le poids et les risques en cas d’accident

Le poids accru des voitures électriques, en comparaison avec les véhicules thermiques, dû principalement au poids des batteries, est un autre point souvent débattu. Si un poids plus élevé peut signifier une inertie plus grande en mouvement, les constructeurs optimisent le design et les matériaux pour compenser cet embonpoint et maximiser la sécurité passive en cas de collusion.

Des véhicules comme la Tesla Model 3 en sont des exemples flagrants, illustrant comment la réduction du poids total peut contribuer à maintenir la maniabilité et la sûreté. En effet, certains modèles électriques sont même plus légers que leurs équivalents thermiques : une Tesla Model 3 en version Propulsion, malgré 480 kg de batteries, pèse le même poids qu’une BMW série 3 essence en version 320i xDrive par exemple (1 747 kg pour la Tesla contre 1 750 kg pour la BMW). Un SUV chinois MG ZS EV pèse 1 620 kg avec la grosse batterie de 70 kWh contre par exemple 1 695 kg pour un Audi Q3 essence en version 40 TFSi.

A lire également :  Cette nouvelle batterie semi-solide promet un saut quantique pour la voiture électrique

Les risques d’incendie sont-ils plus élevés ?

Abordons maintenant un sujet chaud : les incendies. Malgré les images spectaculaires pouvant circuler en ligne, les statistiques montrent que les voitures électriques ne prennent pas feu plus souvent que les modèles à essence. Les incendies sont la plupart du temps liés à des accidents ou à des défauts de conception spécifiques, et non à la nature même de la voiture électrique. Notons aussi les innovations telles que le système “Fireman Access” chez Renault, conçu spécialement pour permettre aux services d’urgence d’intervenir efficacement en cas d’incendie.

En ce qui concerne les assurances, malgré ce qu’on pourrait penser, les primes n’ont toujours pas explosé. Les données d’assureurs comme AXA montrent que les coûts restent stables, ce qui suggère une absence de risque accru. Effectivement, la récente hausse du coût des assurances qui fait suite à la fin de l’exonération d’une taxe, la TSCA, ne suffit pas à démontrer un tarif intrinsèquement plus élevé pour des modèles similaires.

Vous l’aurez compris, la majorité des mythes entourant la dangerosité supposée des voitures électriques peuvent être démontés par une analyse factuelle. Alors, si vous envisagez une transition vers l’électrique, n’ayez crainte : vous avez toutes les clefs en main pour le faire en toute sécurité. La route vous appartient, munie de votre conscience écologique et de votre sens de l’innovation. Roulez tranquille !

A lire également :  Renault se tourne vers la Chine pour sa voiture électrique à 20 000 euros
Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires