Actu voiture électrique

Rouler en électrique : est-ce vraiment plus cher sur les longs trajets ?

Philippe Moureau

Rouler en véhicule électrique s’inscrit dans une démarche écologique mais qu’en est-il du côté économique ? Face aux fluctuations du prix de l’essence et aux coûts des recharges, nous avons mené quelques rapides calculs pour comprendre si le passage à l’électrique est un choix rentable concernant les longs trajets.

Un calcul révélateur sur les longs trajets

Préambule

Comparaison des coûts : Lorsqu’on possède à la fois une voiture thermique et une électrique, il est tentant de comparer les coûts sur les longs trajets. Prenons un exemple : une voiture diesel économique consomme en moyenne 6L au 100 km en roulant à 130 km/h. Ainsi à 1.90€/L nous obtenons 11.4€ pour 100 km parcourus.

Prise en compte des imprévus : Les calculs basiques sont une chose, mais la réalité peut être différente. En effet, avec les aléas de la route comme les ralentissements, la consommation électrique peut être inférieure comme supérieure à la moyenne citée. Il est donc important de baser ses estimations sur des consommations réelles et non théoriques.

Quelques petits calculs rapides

Une voiture électrique classique comme l’ID.4 ou une MG4 consomme, quant à elles, 24 kWh aux 100 km à cette même vitesse. Pour que le coût soit identique à celui du diesel, le kWh devrait être facturé à 0,475€ aux bornes de recharge. Cependant, sur autoroute avec des prestataires comme Ionity et les superchargeurs Tesla pour les non possesseurs de la marque, ce coût est généralement atteint. Ainsi en ne comptant que sur le coût de la recharge autoroutière, nous dépassons le coût d’une voiture diesel. Mais ne nous arrêtons pas là.

A lire également :  Mercedes annonce la couleur : la voiture à essence n'est pas prête de disparaître face à l'électrique

En effet, lorsque l’on part pour un long trajet avec sa voiture électrique, nous la chargeons à domicile pour partir avec 90 ou 100% afin d’éloigner le premier arrêt recharge. Ensuite, lorsque nous arrivons à destination ou que l’on rentre, nous pouvons parfaitement arriver avec 10 à 20% de batterie car nous savons que nous allons recharger à nouveau au domicile pour un tarif bien inférieur. Ainsi sur un trajet de 500 km, seulement 150 à 200 km seront rechargés à un coût relativement élevé, et le reste au tarif EDF souscrit, toujours 2 à 4 fois moins cher qu’une station de recharge rapide. Le calcul est forcément moins avantageux sur un trajet de 1000 km mais cela permet d’avoir plus de marge sur les tarifs affichés aux bornes sur autoroute.

Si en revanche nous prenons le cas d’un conducteur de Tesla Model 3 dont la consommation à 130 km/h est en moyenne de 18 kWh aux 100 km, le tarif au kWh à recharger ne devrait pas dépasser 0,63€. Les superchargeurs Tesla facturent en moyenne entre 0,31€ et 0,34€ actuellement en octobre 2023, nous avons donc ici un coût 2 fois inférieur à une voiture thermique dans tous les cas.

L’économie ne se limite pas à l’autoroute

Le bilan annuel est le vrai indicateur : Si sur autoroute la consommation électrique est élevée, il ne faut pas oublier que la majorité des trajets d’un automobiliste se font hors autoroute. De nombreux utilisateurs font ainsi 70 à 90% de leurs trajets annuels hors des péages, où la consommation est souvent moindre, avoisinant les 15 kWh / 100 km voire moins. De plus, grâce à des abonnements spécifiques, le coût des recharges sur autoroute peut être significativement réduit.

A lire également :  Cette voiture électrique chinoise est plus sûre que les voitures françaises

La recharge à domicile, une solution économique : Nombreux sont les propriétaires de voitures électriques qui rechargent essentiellement chez eux. Si l’on considère le prix du kWh le plus avantageux actuellement qui est à 0,1056€ en heure creuse la nuit avec un abonnement TEMPO, l’économie réalisée est colossale, et reste substantielle avec un abonnement EDF au tarif bleu avec un coût au kWh de 0,2256€.

Le cas concret par rapport à une thermique

La comparaison : Un utilisateur de Tesla Model S sur le forum d’automobile propre a observé une consommation moyenne de 21 kWh au 100 km sur une période de 2 ans et plus de 80000 km parcourus, la majorité sur autoroute en utilisant les superchargeurs du constructeur américain. En tenant compte du prix du kWh chez Tesla, qui varie de 29 à 37 centimes selon l’endroit et le moment dans l’année, rouler en Model S s’avère plus économique qu’une 508 diesel, par exemple.

Les coûts d’entretien d’une Tesla Model 3 sont nettement inférieurs à ceux d’une voiture thermique, mais c’est également valable pour la plupart des autres constructeurs. Avec des révisions non obligatoires et coûtant environ 200 € pour le remplacement des filtres habitacles et quelques contrôle et des freins qui s’usent moins grâce à la récupération d’énergie, le bilan est largement en faveur de la voiture électrique. Seul bémol : les pneus s’usent un peu plus rapidement, surtout avec une conduite active étant donné le couple immédiat envoyé aux roues.

A lire également :  Polestar débarque en France avec une gamme de voitures électriques qui va faire très mal

Si le calcul immédiat peut donner l’impression que le véhicule électrique est moins rentable sur autoroute dans certains cas, il faut adopter une vision plus globale. En considérant l’ensemble des trajets, les économies sur l’entretien et les recharges à domicile, le véhicule électrique s’avère être un choix économiquement judicieux sur le long terme.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires