Voici les voitures électriques les MOINS vendues en France en 2023

ParAlbert Lecoq 5 janvier 2024 à 6h46

Bienvenue dans le monde fascinant des véhicules électriques, où innovation et technologie règnent en maîtres. Mais, comme dans tout domaine, certains acteurs ne rencontrent pas le succès escompté. Aujourd’hui, nous plongeons dans l’univers des voitures électriques qui ont connu un échec commercial en France en 2023.

Les chiffres ne mentent pas : les déceptions de l’année

L’électrification de l’automobile est une révolution en marche. Pourtant, certains modèles peinent à trouver leur public. Prenons l’exemple de la Nissan Ariya, qui a enregistré un modeste total de 403 immatriculations. Une performance décevante, surtout si on la compare au succès fulgurant du Tesla Model Y, avec plus de 37.000 exemplaires vendus.

Le Renault Kangoo, malgré une nouvelle version électrique, n’a pas non plus su convaincre, avec seulement 297 unités vendues. Son autonomie limitée semble être un frein majeur, un problème que n’ont pas réussi à contourner ses concurrents directs, le Peugeot e-Rifter et le Citroën ë-Berlingo.

Les outsiders qui n’ont pas percé

L’entrée sur le marché français de marques telles que Seres et Aiways a été timide. Le SUV compact Seres 3 n’a séduit que 230 acheteurs, tandis que l’Aiways 5 a trouvé seulement 105 preneurs. Ces chiffres soulignent la difficulté d’introduire de nouvelles marques dans un marché déjà saturé et dominé par des acteurs établis.

Des géants de l’industrie en difficulté

Même les grands noms de l’industrie ne sont pas à l’abri. Le Mercedes EQC, par exemple, a vu ses immatriculations chuter à 114 en 2023, signe d’un intérêt décroissant pour ce modèle. L’Opel Zafira Life ne fait pas beaucoup mieux avec 90 ventes.

Honda, lui, signe la fin de la carrière de sa citadine électrique Honda e avec 85 unités vendues avant sa retraite. De son côté, le Jaguar I-Pace continue sa route dans l’indifférence, avec seulement 48 unités vendues.

Les défis du marché français

Il est intéressant de noter que certains modèles qui connaissent un succès mondial peinent à s’imposer en France. Le BYD Tang, par exemple, ne compte que 25 immatriculations en 2023. Cette performance contraste fortement avec les chiffres de vente impressionnants de BYD à l’échelle globale.

Enfin, Lexus, malgré sa maîtrise de l’hybride, peine à convaincre avec ses modèles électriques. Le Lexus UX n’a été vendu qu’à 19 exemplaires, un chiffre qui soulève des questions sur la stratégie de la marque en matière d’électrification.

Un marché en constante évolution

Ces exemples montrent que le marché des voitures électriques est loin d’être un long fleuve tranquille. Les préférences des consommateurs, les politiques gouvernementales, et l’évolution technologique jouent un rôle crucial dans le succès ou l’échec d’un modèle.

L’année 2023 a été marquée par des succès retentissants mais aussi des échecs notables dans le secteur des véhicules électriques. Ces résultats nous rappellent que le succès n’est jamais garanti, même dans un secteur aussi prometteur que celui de la mobilité électrique. Reste à voir comment les constructeurs s’adapteront à ces défis et quelles innovations nous réservent les années à venir.

Par Albert Lecoq

Spécialiste des guides d'achat de voitures électriques, je suis passionné par les nouvelles technologies et je suis un fervent partisan de l'adoption de la technologie électrique et de la mobilité durable.

🙋‍♂️ Réagissez à l'article 💬
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Suivez-nous sur Facebook

Continuez de suivre nos dernières actualités en nous ajoutant sur Google News !

Inscrivez-vous à notre newsletter