Actu voiture électrique

Renault et Volkswagen s’associent pour rendre la voiture électrique accessible à tous

Albert Lecoq

Renault a récemment confirmé être en pourparlers avec Volkswagen pour le développement d’une mini-voiture électrique destinée au marché européen. Luca de Meo, PDG de la marque au losange, a partagé lors du Salon de l’auto de Genève que les discussions avec VW étaient bien engagées, tout en soulignant sa volonté d’ouverture à d’autres partenariats.

La réponse de Renault : une mini-voiture électrique pour 2026

Cette annonce survient dans un contexte où la pression monte pour les constructeurs européens, concurrencés de près par les géants BYD et Tesla, ce dernier dominant les ventes de véhicules électriques en Europe. Face à une année 2024 jonchée d’obstacles pour les ventes de voitures électriques, dont la réduction des incitations gouvernementales et un climat électoral tendu, l’urgence de produire des véhicules électriques abordables se fait sentir.

Renault se projette en avant-garde avec le lancement envisagé pour 2026 de la Twingo électrique, affichant un prix cible en dessous de 20 000 €. Ce modèle serait basé sur une architecture AmpR Small raccourcie, également utilisée pour la nouvelle Renault 5 présentée à Genève. L’utilisation de batteries LFP, moins coûteuses, fait partie de la stratégie de réduction des coûts.

A lire également :  Mini Aceman : le SUV électrique urbain que l'on attendait est enfin là

Luca de Meo a affirmé que le projet avancerait avec ou sans partenaire, témoignant d’une détermination à ne pas perdre de temps face à une concurrence accrue. Pendant ce temps, Stellantis a lancé le Citroen e-C3, un véhicule électrique sous la barre des 25 000 €, et envisage une version encore plus abordable. VW, en retard dans cette course à l’abordabilité, pourrait trouver dans ce partenariat avec Renault une opportunité de rattrapage pour ses modèles e-Up, Skoda Citigo et Seat Mii.

Une histoire de collaboration et d’innovation

La collaboration n’est pas une nouveauté dans le secteur des mini-voitures en Europe, Toyota ayant uni ses forces avec Peugeot et Citroen, et Ford avec Fiat. Ces alliances visent à surmonter les défis de rentabilité associés à la production de petites voitures. Renault ne fait pas exception et prévoit de réduire les coûts de la nouvelle Twingo de 40% par rapport à d’autres véhicules électriques, grâce à l’optimisation des pièces, la réduction des temps de fabrication, l’emploi de batteries moins onéreuses et une accélération de la mise sur le marché.

Les économies réalisées sur la Twingo électrique bénéficieront également aux autres modèles de la marque, comme la nouvelle Renault 5 et le futur SUV Renault 4, promettant ainsi de rendre les véhicules électriques plus accessibles à un public plus large.

A lire également :  MG prêt à bouleverser le marché avec ses batteries à état solide

Cette démarche de Renault, potentiellement en partenariat avec Volkswagen, s’inscrit dans un mouvement plus large visant à démocratiser la mobilité électrique en Europe. Face à l’intensification de la concurrence internationale et aux défis environnementaux, l’innovation et la collaboration semblent être les clés pour avancer vers un avenir plus vert. En misant sur des véhicules abordables sans compromettre la qualité, les constructeurs européens peuvent non seulement répondre aux attentes des consommateurs mais aussi contribuer significativement à la réduction des émissions de CO2, ouvrant la voie à une mobilité durable pour tous.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires