Voiture électrique : la pompe à chaleur n’est pas toujours synonyme de meilleure autonomie

ParPhilippe Moureau 25 novembre 2023 à 8h20

La pompe à chaleur est souvent présentée comme une révolution pour préserver les précieux kilomètres d’autonomie en hiver. Dans cet article, nous allons démystifier l’utilité réelle de la pompe à chaleur dans votre voiture électrique. Alors, gadget coûteux ou investissement judicieux ? Décryptons ensemble.

La pompe à chaleur décryptée : nécessité ou luxe ?

La pompe à chaleur est vantée pour ses vertus salvatrices sur l’autonomie des voitures électriques en saison froide. Son principe ? Exploiter la chaleur de l’air extérieur, même en basse température, pour réchauffer l’habitacle plus efficacement qu’un chauffage classique. Les constructeurs s’accordent à dire que cette technologie est moins énergivore, réduisant ainsi la consommation d’énergie de chauffage passant de 2 000 W / 2500 W à environ 500 W à 1 500 W, selon les régulations du système.

Cependant, les brochures commerciales ne détaillent pas toujours l’intégralité du tableau. Est-ce vraiment utile pour vous ? La réponse n’est pas aussi transparente que l’air que la pompe cherche à capter. Prenons le cas d’une Hyundai Ioniq 5 testée dans un froid mordant avec une température extérieure de 1°C : le chauffage démarre à une consommation instantanée de 5,92 kW, chutant rapidement sous les 4 kW après 5 minutes, pour se stabiliser aux alentours de 1,0 kW une fois la température de l’habitacle atteinte puis 600 W après 45 minutes de chauffage continu. Une prouesse technique, certes, mais quelle est son incidence réelle sur l’autonomie ?

Rappel technique : le chauffage dans les véhicules électriques

Dans l’univers des véhicules électriques, le chauffage traditionnel par résistance est une gourmandise énergétique. Avec une puissance moyenne demandée de 3 000 à 4 000 W à pleine puissance, il est l’équivalent d’un grille-pain affamé de watts. À l’inverse, la pompe à chaleur, ce système ingénieux, réduit cette consommation à une fourchette plus modeste de 1 500 à 500 W une fois régulé. Mais elle a ses limites, notamment en démarrage à froid où elle peine à démontrer son efficacité immédiate.

Pour contrer cette faiblesse, des fabricants comme Hyundai-Kia ou Renault ont intégré des systèmes hybrides, combinant la pompe à chaleur avec une résistance électrique. Cette approche permet une montée rapide en température, puis un basculement vers la pompe à chaleur une fois une certaine chaleur atteinte. Ainsi, une Megane e-Tech de Renault, même équipée de la pompe à chaleur optionnelle, dépend d’abord de la résistance électrique pour offrir un confort thermique rapide, avant de bénéficier de l’efficience de la pompe.

Les performances réelles de la pompe à chaleur

Lors de notre test hivernal, la Hyundai Ioniq 5 équipée d’une pompe à chaleur a démontré une réduction significative de la demande énergétique, passant sous la barre de 1 kW après environ 30 minutes. Cependant, cette efficacité a un seuil : en condition de roulage, la puissance demandée augmente avec la vitesse du véhicule, suggérant une lutte contre les déperditions thermiques.

Le test a révélé une consommation moyenne de 1,7 kWh pour 30 minutes de chauffage dans des conditions hivernales sévères. Cela suggère qu’avec un usage prolongé, la pompe à chaleur peut effectivement offrir des économies d’énergie, avec une efficacité de 200 à 300 % contre les 100 % d’un système par résistance. Toutefois, le gain d’autonomie demeure marginal pour les trajets quotidiens de courte durée.

La pompe à chaleur : un choix stratégique

La pompe à chaleur se démarque dans le contexte des longs trajets par temps froid. Sur une distance étendue, la consommation réduite de la pompe à chaleur peut accumuler des économies significatives d’énergie et d’autonomie. Mais pour des trajets urbains ou des déplacements de courte durée, l’économie d’énergie réalisée est relativement mineure. En revanche, sur le plan économique et environnemental, moins d’énergie consommée se traduit par moins d’énergie à recharger, générant ainsi des économies pour le conducteur et un bénéfice pour la planète.

En termes de rentabilité, avec une hypothèse de prix de 1 000 € pour l’option de la pompe à chaleur, et en considérant une différence de consommation entre la résistance et la pompe à chaleur, il faudrait environ 7 ans pour amortir le coût supplémentaire, selon une utilisation d’une heure par jour toute l’année. Cela sans compter l’attrait potentiel à la revente sur le marché de l’occasion pour un véhicule équipé de cette technologie.

Méfiance vis-à-vis des promesses des constructeurs

Les chiffres fournis par les constructeurs, bien que précis, sont souvent optimisés pour mettre en valeur la pompe à chaleur dans des conditions idéales qui ne reflètent pas nécessairement la réalité quotidienne de tous les conducteurs. En outre, les tests d’homologation tels que le WLTP n’intègrent pas l’utilisation du chauffage, ce qui peut introduire un biais dans l’estimation de l’autonomie. Ainsi, des véhicules comme le Skoda Enyaq iV 80 ou la Renault Megane e-Tech pourraient perdre quelques kilomètres d’autonomie WLTP à cause du surpoids induit par la pompe à chaleur.

Ce manque de transparence soulève des questions quant à la fiabilité des promesses des fabricants. Par exemple, Volkswagen présente des graphiques sans détails des protocoles d’essai, et Renault prétend maximiser l’autonomie par temps froid sans préciser les paramètres exacts. Les études indépendantes, comme celle de l’ADAC, montrent également des résultats contrastés. Certains suggèrent des gains significatifs, tandis que d’autres relativisent l’efficacité de la pompe à chaleur, surtout par des températures extrêmes.

Adapter la technologie à votre usage

L’investissement dans une pompe à chaleur doit être évalué en fonction de votre utilisation personnelle. Pour ceux qui entreprennent régulièrement de longs trajets en hiver, la pompe à chaleur peut s’avérer être un choix judicieux. Cependant, pour les déplacements urbains courts et fréquents, l’intérêt économique et en termes d’autonomie peut être minime. Les avantages réels de la pompe à chaleur varient donc selon la durée d’utilisation, le type de parcours et les conditions climatiques, autant de facteurs uniques à chaque conducteur.

Par Philippe Moureau

Quadragénaire passionné de voitures électriques. Je m'intéresse à la transition énergétique et à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Je suis un véritable passionné de voitures électriques et un défenseur de l'environnement.

🙋‍♂️ Réagissez à l'article 💬
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Suivez-nous sur Facebook

Continuez de suivre nos dernières actualités en nous ajoutant sur Google News !

Inscrivez-vous à notre newsletter