Actu voiture électrique

Sportive, rapide et économique : L’électrique redéfinit le triplé gagnant de l’automobile

Albert Lecoq

Symbole d’indépendance et de liberté depuis son invention, la voiture est plus qu’un simple moyen de transport. Les amateurs de sportivité, particulièrement, chérissent la sensation du moteur rugissant et l’adrénaline procurée par la vitesse. Cependant, avec l’introduction et la hausse constante du malus écologique, la sportivité des voitures thermiques est devenue presque un luxe. Heureusement, la montée des voitures électriques suggère un tournant prometteur.

La montée du malus écologique

Introduit pour inciter les consommateurs à opter pour des voitures moins polluantes, le malus écologique a vu son montant grimper d’année en année. Par exemple, pour une Renault Mégane RS IV qui émet 192g de CO²/km, elle se voyait pénalisée à hauteur de 10 488 euros en 2020 en France. Cela représentait un surcoût d’environ 20% par rapport à son prix de vente de base de 44 650 €. Hors, ce malus a augmenté à 16 149 € en 2023 pour représenter désormais 30% de son prix et il sera désormais de 51 912 € en 2024, ce qui dépasse désormais le prix lui-même du véhicule.

Cette taxation rend également l’achat des modèles sportifs très recherchés, comme la Porsche 911 ou la BMW M3, inabordable pour le consommateur moyen en ajoutant automatiquement 60 000 € de malus, reléguant ces bolides au statut de privilège des plus nantis.

A lire également :  La voiture essence revient en force chez Stellantis : un virage inattendu

L’avènement de la voiture électrique : la renaissance de la sportivité abordable

Mais, la technologie évolue rapidement. Aujourd’hui, des modèles comme la Tesla Model 3 Performance, avec une accélération de 0 à 100 km/h en 3,3 secondes, ou la BMW i4 M50, proposent une expérience sportive à un prix nettement inférieur à leurs homologues thermiques, avec des tarifs situés entre 50 000 et 70 000 € sans subir le moindre malus. Sans oublier la désormais célèbre MG4 X-Power et ses 435 chevaux pour seulement 35 490 €, un prix jamais vu auparavant pour une voiture thermique neuve à ce niveau de puissance et de performances.

De plus, avec un coût moyen de l’électricité étant d’environ 0,20 €/kWh, la recharge d’une Tesla Model 3 coûte moins de 15 euros pour une autonomie d’environ 500 km, bien loin des coûts du carburant pour une sportive thermique.

Les voitures électriques offrent des avantages notables. Au-delà de l’accélération linéaire impressionnante, elles bénéficient d’une répartition du poids optimisée grâce à la disposition des batteries au plancher, offrant une meilleure tenue de route et une prise de roulis plus maitrisée avec un centre de gravité bien plus bas. Cependant, des défis subsistent, notamment la durée de recharge. En moyenne il faut 25 à 30 minutes pour recharger 80% de son énergie sur une borne rapide, mais avec l’arrivée des nouvelles technologies de recharge et de batteries une recharge à 80% sera bientôt effectuée en seulement 10 à 15 minutes, tout comme nous voyons déjà sur la Hyundai IONIQ 5 avec un 10 à 80% en 18 minutes.

A lire également :  Kia est sur le point de devenir le roi des voitures électriques bon marché

Conséquences sociétales et industrielles

Face à cette révolution, les constructeurs traditionnels s’adaptent. Audi avec sa gamme e-Tron, Mercedes avec tous ses modèles badgés EQ, ou encore le symbole même de la sportivité classique : Porsche avec la Taycan.

Tous investissent massivement dans l’électrique. Selon une étude de BloombergNEF, les ventes de véhicules électriques devraient représenter 58% des ventes de voitures neuves d’ici 2040.

Perspectives d’avenir

Avec la pression croissante pour des solutions de mobilité propres, combinée à des innovations technologiques, l’avenir des voitures électriques semble brillant. Des avancées, notamment dans la densité énergétique des batteries, pourraient encore augmenter l’autonomie, qui dépasse déjà 700 km pour des modèles comme la Mercedes EQS, la Tesla Model S avec ses jantes de 19″ et même la future Peugeot e-3008.

La voiture électrique n’est pas seulement une réponse à la crise climatique. Elle propose une nouvelle définition de la sportivité, une qui combine performance, accessibilité, et respect de l’environnement. Dans un monde où la durabilité est cruciale, la voiture sportive, loin d’être reléguée aux oubliettes, est en train de se réinventer pour un avenir brillant et inclusif.

Réagissez à l'article
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires